Corporation de développement communautaire du Granit | Étude d’impact socioéconomique de la CDC du Granit et de ses membres
943
post-template-default,single,single-post,postid-943,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1300,footer_responsive_adv,qode-content-sidebar-responsive,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-9.2,wpb-js-composer js-comp-ver-4.11.2.1,vc_responsive

Étude d’impact socioéconomique de la CDC du Granit et de ses membres

Étude d’impact socioéconomique de la CDC du Granit et de ses membres

 

 

 

À l’occasion du 25ème anniversaire de la création de la Corporation de Développement Communautaire (CDC)  du Granit,  celle-ci a souhaité avoir un portrait de l’impact social, économique et collectif du milieu communautaire du Granit.  Pour établir ce portrait, la CDC du Granit a confié ce mandat à Mme Lynda Binhas de l’Observatoire Estrien du Développement des Communautés (OEDC) qui en a présenté les faits saillants lors de la conférence de presse de ce jour.

Au-delà du nombre d’usagers fréquentant l’un ou l’autre des 19 organismes membres de la CDC du Granit, l’enjeu de cette étude était de déterminer avec justesse leur contribution au mieux-être de la communauté et de tracer un profil rigoureux de ces organisations. Souvent dans l’ombre, les organismes communautaires du Granit participent activement à la vie sociale et économique de notre région.

De quelle façon ?

Le réseautage : le milieu communautaire offre de multiples occasions pour de nouveaux citoyens et citoyennes de s’impliquer et donc de réseauter, de se faire connaître et apprécier, de découvrir des lieux, des activités et des gens de la région, tout en participant à la vie sociale de leur communauté, en fonction de leurs propres intérêts. Cette implication peut avoir plusieurs niveaux: de la participation à certaines activités, en passant par le bénévolat, jusqu’à l’implication dans un conseil d’administration. Ainsi, la plupart des organismes communautaires offrent des postes au sein de leur conseil d’administration. Ainsi 74% des 156 sièges disponibles dans les CA sont occupés par des bénévoles. Hors CA, 61% des organismes bénéficient de l’implication de bénévoles. Enfin, en moyenne et par organisme, on compte 41 bénévoles.

 La concertation et le partenariat : grâce à leur forte implication dans le milieu, les organismes communautaires participent à de nombreuses concertations, certaines menant à des partenariats constructifs. En moyenne et par an, les organismes consacrent 192 heures pour la concertation et 120 heures pour le partenariat, essentiellement avec des partenaires locaux.

La mixité sociale: contrairement à ce que nous entendons souvent, les personnes qui fréquentent les organismes communautaires sont issues de tous les milieux, favorisant ainsi la mixité sociale et contribuant ainsi à lutter contre les préjugés. De plus, les activités proposées par les organismes communautaires sont souvent gratuites ou très abordables, pour ne pas constituer un frein économique à la participation de la population.

L’inclusion sociale: les organismes communautaires, par leur mission et leurs valeurs, ont à cœur l’inclusion sociale et la solidarité. Ils contribuent à l’amélioration de la qualité de vie des personnes les plus vulnérables, que ce soit du fait de leur âge, de leur condition physique, intellectuelle ou mentale, ou de leur statut économique. En étant le dernier filet social avant l’exclusion, ils permettent à des personnes ayant des difficultés d’insertion sociale, scolaire ou professionnelle, d’être accueilli dans un milieu sans jugement, leur permettant d’acquérir davantage de confiance en soi et d’autonomie. À ce titre, en 2016-2017, 22% des organismes ont embauché une ou plusieurs personnes dans le cadre de programmes d’insertion.

L’implication citoyenne: le milieu communautaire stimule et soutient les initiatives citoyennes qui permettent d’améliorer la qualité de vie de la population. Sans la volonté de groupes de citoyens-nnes soutenus-ues par des organismes communautaires déjà en place, nous n’aurions pas de maison en soins palliatifs, pas de centre de jour pour les personnes en fin de vie et leurs proches, pas de maison d’hébergement et de répit pour des adultes vivant avec une déficience intellectuelle et leurs proches et n’aurions pas un projet comme le Concerto.

L’offre de services : les domaines d’intervention des organismes communautaires sont très variés et leurs structures sont diversifiées. Sur les 20 organismes consultés, 16% sont des entreprises d’économie sociale. Ils viennent en complément ou de façon alternative à des services publics ou institutionnels et sont très accessibles. En 2015-2016, 38% des organismes ont été fréquentés par plus de 1000 usagères et usagers.

Le professionnalisme : depuis plusieurs années, le milieu communautaire s’est fortement professionnalisé, pour répondre encore plus adéquatement aux besoins de ces usagers et usagères ; donnant aussi à de nombreux-ses étudiants-tes la possibilité d’intégrer un emploi qualifié dans un environnement porteur de valeurs humanitaires. Ainsi, pour le personnel à temps plein : 30% des femmes détiennent un diplôme universitaire (de 1er ou de 2ième cycle); 40% des femmes détiennent un diplôme collégial. Du côté des hommes, 50% détiennent un diplôme universitaire (de 1er ou de 2ième cycle). Pour le personnel à temps partiel : 28% des femmes détiennent un diplôme universitaire (de 1er ou de 2ième cycle); 28% des femmes détiennent un diplôme collégial.         Quant aux postes de direction, dans 61% des organisations, les femmes occupant les postes de direction détiennent un diplôme universitaire (de 1er ou de 2ième cycle) et dans 50% des organisations les hommes occupant les postes de direction  détiennent un diplôme universitaire (de 1er ou de 2ième cycle).

La force économique: tout comme les industriels et les commerçants, les organismes communautaires sont des employeurs dont la main d’œuvre, de plus en plus qualifiée, est majoritairement issue de la région. Les organismes communautaires du Granit emploient 185 personnes, majoritairement des femmes (91%).

Leur budget d’opération total s’élève à 8 997 221 $ (en incluant le budget d’opération des entreprises d’économie sociale).

Hors masse salariale et immobilisations, en 2015-2016,  la CDC et ses 19 organismes membres ont dépensé 277 359 $ pour l’achat de biens et de services dans la MRC du Granit.

 Tous ces résultats permettent de mieux connaître les organismes communautaires, d’apprécier leurs forces et de renforcer les liens de collaboration avec leurs partenaires pour encore mieux répondre aux multiples enjeux de développement de notre région. Car,  n’oublions pas que la force d’une chaîne se mesure à la solidité de chacun de ses maillons… et que le milieu communautaire en est l’un d’eux !